Version imprimable de la page
source : ytrac.fr


Souvenirs d'Ytrac

L'histoire de la commune d'Ytrac

Ytrac une commune en histoire

Commune située dans le Massif central sur les rivières Cère et Authre, limitrophe d'Aurillac. La commune comprend trois bourgs bien distincts : le Bex, Espinat et Ytrac.
Le château d'Ytrac fut primitivement une maison forte. Au XVe des tours renforcèrent sa fonction défensive. Plus tard le château fut coiffé d'un toit typique de Haute Auvergne avec deux étages de lucarnes. Aujourd'hui, c'est une belle maison de maître aménagée avec goût. Face au château, en bordure de la route d'Aurillac : grange/étable de conception traditionnelle avec avancée du toit en " courpou ", situé au-dessus du mur pignon et surmonté d'un auvent destiné à protéger la porte de la grange, dans la cour une soue à cochons rehaussée par un poulailler. Vous pouvez remarquer l'extension du bâtiment initial qui se traduit par une différence des matériaux de couverture. la forêt de Branviel et ses chemins de découverte vous proposent à Ytrac, un moment de détente...

Au XVIIIe et au début du XIXe siècle, de nombreux habitants d'Ytrac, marchands chaudronniers forains, prenaient le chemin de la Bretagne pour des campagnes de dix-huit à vingt-quatre mois. Un nombre significatif s'est marié avec une Bretonne et a fait souche dans l'ouest armoricain. Parmi eux, des Dandurand, Belmon, Conros, Cros, Delbort, Delmas, Dubois, Hébrard, Lescure, Miroux, Manhes, Prunet, Puech, Simon, Taulet, Vidal, etc. (lire à ce sujet Nos ancêtres auvergnats, l'immigration auvergnate en Bretagne, Serge Duigou, Ressac, Quimper, 2004).
(source Wikipédia)

De nombreux châteaux sont à découvrir : les châteaux d'Ytrac, de Lamartinie, de Leybros et d'Espinassol.
Journaliste polémiste et poète, Arsène Vermenouze est né à Vielle, sur la commune d'Ytrac, le 26/09/1850. Il fut le chef de file et la figure emblématique de la renaissance de la langue d'oc dans le Cantal. Dès 1890, il exprima une idée essentielle du Félibrige : l'unité de la langue d'oc par-delà les variantes régionales. Poète régionaliste, il n'eut de cesse de décrire le monde qui l'entourait.
Eglise Saint-Julien d'Ytrac :
Ses fresques bysantines. Elle fut reconstruite en 1844, à partir d'une église datant du XII siècle, dont il reste quelques traces sur certaines parties de la voûte. Fresques d'un peintre russe Nicolaï Greschny. Émigré en France, il a peint une trentaine d'églises surtout dans la région d'Albi. Les peintures d'Ytrac sont de couleurs lumineuses et représentent les personnes de façon longiligne

Mairie actuelle